Développement de la Zone Franc: Les Etats membres décident de la mise en œuvre des politiques économiques soutenables

Le Franc CFA reste une monnaie stable et offre de réelles opportunités économiques aux Etats membres de la Zone Franc (ZF). Mais pour renforcer la capacité de résilience de la monnaie commune dans un contexte économique difficile marqué par la chute des cours du pétrolier et des matières premières, les pays membres ont annoncé des mesures importantes dans la capitale économique ivoirienne. 

Réunis le 14 avril 2017, au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan, au cours de leur 15ème session, les ministres des Finances, les Gouverneurs des Banques centrales et les présidents des Institutions régionales de la ZF ont réitéré leur engagement à œuvrer pour le développement de la ZF et à mettre en œuvre des politiques soutenables au bénéfice des populations. Selon le communiqué de presse qui a sanctionné les travaux, ils ont réaffirmé leur attachement au principe de solidarité régionale afin d’apporter des réponses concertées et communes aux défis économiques, sociaux et sécuritaires que certains Etats rencontrent.

Comme problématiques ayant fait l’objet de débat lors des séquences dédiées, les participants ont relevé le recul de la convergence nominale comme de la convergence réelle au sein de la ZF au cours de l’année 2016. Les échanges ont en particulier porté sur les indicateurs de convergence budgétaire en raison du creusement des déficits budgétaires publics dans tous les Etats de la ZF, ainsi que la hausse du niveau d’endettement, dû notamment aux politiques d’investissement public et aux chocs exogènes. Face à cette situation, les ministres des Finances et l’ensemble des acteurs se sont prononcé en faveur de la réduction des déséquilibres budgétaires afin de garantir le bon fonctionnement des unions monétaires et de préserver la soutenabilité des trajectoires de développement…

Parmi les points débattus au cours des travaux d’Abidjan, figure également l’expérience des pays africains  sur les marchés financiers internationaux, dans un contexte de recours aux obligations internationales au cours des dernières années. A ce sujet, les ministres des Finances, les Gouverneurs des banques centrales et les présidents des Institutions régionales ont échangé sur la nécessité d’intégrer ces instruments dans une approche globale de leurs stratégies de financement du développement, afin d’en garantir la soutenabilité.  Les participants à la réunion ont aussi planché sur l’initiative Compact with Africa du G20 (Compact du G20 pour l’Afrique), visant à accroître l’investissement privé, notamment dans les infrastructures, dans les pays d’Afrique subsaharienne. Plusieurs Etats de la ZF ont à cet effet manifesté leur intérêt pour participer à cette initiative. 

A la clôture de cette réunion bimestrielle, le Ministre Ivoirien de l’Economie et des Finances, M. Adama KONE, ses homologues français et sénégalais, Michel SAPIN et Amadou BA, les Gouverneurs de la BCEAO, de la BEAC et de la Banque centrale de France, dans l’ordre, MM. Tiémoko Myeliet KONE, Abbas MAHAMAT TOLLI et François VILLEROY DE GALHAU, pour ne citer que ceux-ci, ont, au cours d’une conférence de presse, rassuré les populations des pays membres de la ZF. De l’avis de ces techniciens, le Franc CFA, monnaie indexée à l’Euro par un système de parité fixe assuré par la France et à laquelle les investisseurs ont confiance, reste solide et vitale pour l’avenir des différentes zones monétaires et de leurs économies.

 

 

Souscrire à la revue Le Trésorier