Politique de gestion de la Dette Intérieure

 En mars 2009, après une analyse de son niveau d’endettement extérieur par le FMI et la Banque Mondiale, la Côte d’Ivoire a été déclarée éligible à l’initiative PPTE. Cette initiative devrait permettre au pays de consacrer les ressources nécessaires pour la réduction de la pauvreté et le développement économique.

Néanmoins, le FMI considère que la Côte d’Ivoire demeure vulnérable aux chocs économiques et souligne le besoin d’un contrôle permanent du niveau d’endettement, d’une gestion financière solide et de réformes structurelles. Dans le cadre des programmes économiques et financiers conclus avec le FMI et la Banque mondiale, la Côte d’Ivoire s’était engagée, à gérer la dette publique extérieure selon les principes suivants :

(i) régler à bonne date les échéances de la dette extérieure pour éviter toute accumulation d’arriérés,

(ii) donner la priorité aux sources concessionnelles de financement pour répondre aux besoins en financement des projets d’investissement du Gouvernement, tout en assurant le caractère soutenable de la dette publique,

(iii) recourir au financement non-concessionnel de façon exceptionnelle, dans les limites de temps et de ressources exposée dans une Facilité Etendue de Crédit de trois ans prorogée pour une an, le 20 novembre 2014 (« FCE ») convenue avec le FMI et en cas de projets économiquement rentables en conformité avec le maintien du caractère soutenable de la dette publique.

La proposition d’émission des Obligations respecte ces principes et a été approuvée par le FMI, le 20 novembre 2014 suite à la sixième revue de la FEC qui a consenti un relèvement du plafond de dette extérieure non-concessionnelle, permettant ainsi l’émission des Eurobonds.