Organisation du marché

Le marché monétaire est au sens large un marché réglementé où les institutions financières telles que les Trésors nationaux, les Banques Centrales, les banques commerciales, les gestionnaires de fonds, assureurs ainsi que les grandes entreprises, placent leurs avoirs ou empruntent à court terme (de sept (07) jours à sept (07) ans).

Il se décompose en en plusieurs compartiments dont le marché interbancaire, le marché des titres de créances négociables, mais aussi le marché des changes et le marché des produits dérivés (ces derniers ne seront pas abordés ici).

Le marché interbancaire

Le marché interbancaire est un marché délocalisé : les opérations ne se font pas dans un espace matérialisé, à la différence de la Bourse des valeurs. Les transactions s'effectuent par téléphone C'est aussi un marché fermé, son accès étant réservé aux établissements de crédit. Il met face à face des agents financiers offreurs de liquidités bancaires et des agents financiers demandeurs.

Cette confrontation donne naissance à un prix d'équilibre : le taux d'intérêt à court terme. Bien qu'étant «libre », le marché interbancaire de l'UEMOA est sous surveillance de la BCEAO qui y intervient dans le cadre de la politique monétaire. A cet égard, l'Institut d'émission procède à une régulation du niveau de liquidité à travers ses guichets de refinancement (guichet de l'appel d'offres, guichet du prêt marginal, guichet des avances intra-journalières). Par exemple, lorsque le système bancaire dégage structurellement un besoin de financement, le système est « en banque » et l'intervention de la BCEAO est alors nécessaire pour fournir aux banques commerciales des liquidités. Cependant rien n'oblige à priori l'institut d'émission à intervenir conformément aux principes et règles de l'économie de marché. Sur l'interbancaire, on enregistre divers types d'opérations dont :

  • les prêts interbancaires « en blanc »;
  • les prêts interbancaires gagés ou pensions sur des titres de créances négociables mais non livrés à la contrepartie et
  • la pension livrée ou repo, diminutif de "repurchase agreement", c'est-à-dire l'emprunt de numéraire gagé par la vente au comptant simultanée, avec livraison, d'actifs financiers négociables (obligations, bons du Trésor, certificats de dépôt, etc.) qui se dénoue, à l'échéance du prêt de numéraire, par le rachat des mêmes actifs ;

Le marché des TCN

Le marché des titres de créances négociables (TCN) est un autre compartiment du marché monétaire. Ce qui le différencie du marché interbancaire est qu'il est ouvert à tous les agents. Il s'agit d'un marché assez sécurisé. Le marché fonctionne selon des règles précises dont la Banque Centrale est garante. A cet égard, les émetteurs sont soumis à un contrôle de la part de l'Institut d'émission avant toute offre de titres sur le marché.

De manière générale, les TCN offrent aux émetteurs de titres de créances la possibilité de lever directement des ressources d'épargne à moindre coût, permettant ainsi de contourner les éventuelles dérives que pourrait induire une insuffisance de concurrence ou de transparence au sein du système bancaire.

Plus spécifiquement, les TCN offrent de nombreux avantages :

  • pour les banques, ils favorisent la consolidation des ressources, en leur assurant des ressources de durée pouvant aller jusqu'à sept ans.
  • pour les entreprises, les TCN sont un instrument de gestion de trésorerie plus souple et financièrement plus intéressant que les produits financiers bancaires classiques, tant en terme de financement que de placement de ressources.
  • pour les investisseurs institutionnels, notamment les sociétés d'assurance, les TCN offrent une opportunité de couverture de leurs engagements réglementés, conformément aux prescriptions du code de la Conférence Interafricaine des Marchés d'Assurances (CIMA).
  • pour le trésor public, il permet une mobilisation des ressources à des conditions de marché pour couvrir les besoins de trésorerie et d'investissement.

Comme on peut le constater, le marché des TCN au sein de l'UEMOA est constitué de deux pôles à savoir un pôle privé et un pôle public. Le pôle privé1 est destiné aux émetteurs privés tels que les entreprises (billets de trésorerie), les banques (certificats de dépôt), les établissements financiers (bons des établissements financiers), les institutions financières régionales (bons des institutions financières régionales).

Par contre le pôle public concerne les émetteurs provenant du secteur Public et particulièrement le Trésor Public.